mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

mardi, octobre 10, 2006

Puis-je me permettre un instant de sensualité, une ariette de bonheur, une rafale de vie, une bouffée de tendresse, une étreinte suave ?


Lorsqu'après trop d'attente les rêves se font vrais
Lorsque les âtres flambent à l’heure du régal,
Et que tous nos délires accostent le concret,
Tu n'es plus l'impatient et moi je suis cigale.

Tu puises sur mes hanches indolentes, alanguies,
Les gouttes de sueur, écume de l’amour,
Et dès que tu me quittes à l’instant je languis
D’une nouvelle ardeur que déjà je savoure.

Lorsque les draps se creusent à nos frissons ardents
Je regarde tes yeux virer du vert au brun
Mes lèvres balbutient : “je t’aime doux amant”
Tu les couvres aussitôt d’un baiser de satin.

Lorsqu’abreuvés un peu nous prenons du repos
Ta main rejoint la mienne, tu respires mon corps,
Notre chair, chaque sens soupirent à fleur de peau,
Je sais, dans un instant nous allons dire : “encore”


douce journée à vous qui passez !




Rodin : Le Baiser

28 Comments:

At 10/10/06 06:29, Blogger brigetoun said...

pris avec cet éclairage le marbre se fait cher (chez Rodin)

 
At 10/10/06 07:22, Anonymous nanou said...

C'est vraiment très beau , très sensuel....bonne journée à toi

 
At 10/10/06 09:08, Anonymous cristina said...

La journée sera belle, sans aucun doute, Marir!

 
At 10/10/06 09:41, Anonymous Olivier said...

N'aurais-tu pas été inspirée par un poème lu sur un blog ?
Très sensuel !
et comme chanterait Cabrel :
"et ça continue encore et encore..."
Bises,
OLIVIER

 
At 10/10/06 09:43, Anonymous muse said...

que du bonheur ici ce matin...que ta journée soit douce

 
At 10/10/06 09:55, Anonymous Gérard said...

Même si elle n'est pas du Mans, ni de Tours ton "ariette" est chaude et prête à consommer. bonne journée Mariel.

 
At 10/10/06 10:41, Anonymous Haddon said...

Et bien une douce chaleur envahit cet endroit...

 
At 10/10/06 10:54, Anonymous Vincent said...

Et lorsque que tu m’épies de ton moucharabieh, je vois tes yeux de biches aux longs cils recourbés
qui versent sur tes joues des perles de rosée. Sous les rayons de lune on en voit les reflets.
Ce soir mon odalisque loin du regard des tiens qui jugent ton offrande pour un chien de chrétien comme un offense digne des foudres d'assassins je déferai alors ta prison de satins.
vince

 
At 10/10/06 11:09, Anonymous double je said...

c'est chaud ici, hier j'avais rendez-vous avec "Eros"...
bises coquines

 
At 10/10/06 12:19, Anonymous JC Bataille said...

Bonjour. Je dois partir et ne pourrai venir te voir pendant deux ou trois jours mais publierai ma note quotidienne et lirai ton commentaire si tu en fais un. A bientôt.

 
At 10/10/06 12:46, Anonymous nina said...

de toute beauté, avec le baiser de Rodin en plus !

bonn journée Mariel

 
At 10/10/06 13:37, Anonymous Anonyme said...

L'"amour" ! L'Amour... et ses secrets.
Mystères aux mortels interdits,
Trésor insensé, oublié,
Promesse d'ivresse, alcool de vie.

*rajoute sur sa liste : penser a tomber amoureux au moins une fois, pour essayer*

 
At 10/10/06 14:23, Anonymous Vincent said...

Notre soif assouvie, nos corps entremêlés
Ruisselaient au matin de cette nuit ardente
Sur ta couche défaite, tes hanches insolentes
Retenaient mon départ et gardaient leurs secrets.

 
At 10/10/06 15:20, Anonymous temporel said...

ça se réchauffe ici non ? :-)

 
At 10/10/06 16:02, Blogger Wictoria said...

Pour un instant de sensualité...c'est un bel instant !!!
Bravo MarieL :)

 
At 10/10/06 17:02, Anonymous elvire said...

Oui, tu peux. (te le permettre)!
joli texte, beau moment ; pas kitsch du tout ;-)

 
At 10/10/06 17:06, Blogger marie.l said...

- brig : se peut-il que le marbre se fasse également chair ?
- nanou : gros bisous
- cristina : la journée EST belle !
- Olivier : qui sait hein ? hé hé !
- muse : que la tienne le soit tout autant !
- gérard : toujours un jeu de mots adéquat !
- haddon : on a la température de son âme, non ?
- vincent : très beau texte, il me fait penser un peu à Th. Gautier
- double je : ton RV a été superbe !
- jc : merci j'ai pris bonne note
- nina : toujours aussi indulgente avec moi -:)
- anonyme : pourquoi le rester ? et surtout ne pas oublier de noter sur la liste : essayer bien sûr !
- temporel : oh il m'arrive de temps en temps de faire dans ce style, ce n'est pas la première fois -:)
- wictoria : les beaux instants sont à déguster, pas vrai ?

merci à vous passantes et passants ayant laissé une trace, aux silencieux également !

 
At 10/10/06 17:09, Blogger marie.l said...

- elvire : nos commentaires se sont croisés, ce que tu écris me rassure, merci à toi...

 
At 10/10/06 17:58, Anonymous Lancelot said...

Que de sensualité: le poème et la photo vont de pair. Bravo !

PS: il me semble qu'il ait un brin de nostalgie dans tes écrits. Ton esprit divague au gré des mots mais le passé revient sans arrêt, les souvenirs, les images et de là la sensualité. A la recherche du temps perdu en quelque sorte.

 
At 10/10/06 20:46, Anonymous Vincent said...

mairiel,
j'ai découvert par hasard ton romantisme.
Souvent je reviendrai pour m'y déshaltérer
et puiser à ta source de quoi versifier.
car c'est toi O! marie qui guide mon lyrisme.
je t'embrasse.

 
At 10/10/06 20:49, Anonymous mamounette said...

On voit que le soleil brille dans les cieux et dans tes yeux... Bravo pour ces vers ravigotants !

 
At 10/10/06 20:52, Anonymous Vincent said...

Au fait marie, je ne te l'ai pas dit: j'aime tes poemes. tes reportages photos sont superbes, comme ceux de Wictoria.

 
At 10/10/06 21:26, Anonymous dhimwoe said...

L'art en trait fin ou les mots ne disent que la moitié d'une tendre réalité. Bravo.

 
At 10/10/06 21:45, Blogger marie.l said...

- lancelot : tu en sais plus maintenant sur cette nostalgie !!!
- vincent : merci d'apprécier...
- mamounette : à toi aussi merci !
- dhimwoe : on se comprend :) !!

 
At 11/10/06 19:33, Anonymous vincent (AFRICANTAL) said...

Tu m’attendais, vestale, et te suis venu.
Plein d’ardeur, de courage et moi, j’ai accouru.
Ta porte était ouverte, et enfin je t’ai vue.
Impatient, je l’étais mais je ne le suis plus.

Tes galbes alanguis par cette soirée claire
Perlaient de désespoir que je ne vienne pas
Je t’ai rejoint, Amour, et savouré ta chair.
Nous nous sommes aimés, lovés au fond des draps.

 
At 12/10/06 00:11, Anonymous Myblogforyou said...

Oh oui ! ...encore de jolis poèmes comme celui-ci ;-)
"Le baiser" de Rodin, de n'importe quel angle qu'on la regarde, cette statue est beauté !

 
At 12/10/06 14:29, Blogger annick said...

le tout de votre partage est beau....

 
At 15/10/06 15:04, Anonymous Kri said...

J'aime beaucoup tes poèmes et particulièrement celui ci

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!