mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

jeudi, octobre 05, 2006

Dis-moi sens-tu
L'aile oisive de l'espace
Fendre l'infini ?
Rien ne se passe...
Instant de non-soi
De doutes et de gris,
Que seule la soie
Ivoire des draps
Pourrait, frémissante
Comme l'amante,
Porter aux nues.




Allégorie de la soie - Salvador Dali

Je souhaite une journée soyeuse à qui la voudra, à qui la prendra, à qui l'appréciera ...

16 Comments:

At 5/10/06 08:13, Anonymous muse said...

je saisis l'occasion trop bonne et vais faire de cette journée de soyeux innstants. Bonne journée en retour.

 
At 5/10/06 08:48, Anonymous lumi said...

soyeuse et joyeuse journée à toi ...

 
At 5/10/06 08:57, Blogger yo-cox said...

La journée est belle! Merci de la partager. Voici un moment que je ne suis vennue! C'est toujours un plaisir! Yo-cox
http://photo-passion.blogspot.com/

 
At 5/10/06 09:39, Anonymous elvire said...

Je prends !
Pourtant je sens bien aussi ces instants ou rien ne se passe ...gris.

 
At 5/10/06 10:31, Blogger micheline84 said...

"De doute et de gris" C'est l'automne
qui rit et qui pleure, comme parfois le printemps!

 
At 5/10/06 10:40, Anonymous Gérard said...

Que de bons mots possibles avec soie
il eut été dommage de les garder pour soi..celà va de soi....soit dit en passant.

 
At 5/10/06 11:06, Blogger brigetoun said...

j'ai de la soie sur moi - et je croyais t'avoir saluée - la soie est elle source d'oubli ?

 
At 5/10/06 12:07, Anonymous double je said...

soie,
carré de tissu
entre soi et soi ,
ce corps à corps ,
bruissements soyeux
sur la route de la soie

bises soyeuses

 
At 5/10/06 12:31, Anonymous JC Bataille said...

Merveilleux Dali ! Mon peintre préféré.

 
At 5/10/06 13:59, Anonymous MioModus said...

La soie en soi et s'imprégner de la soie de ses bas et lui murmurait tout bas...

 
At 5/10/06 14:03, Anonymous AFRICANTAL said...

Moi qui de ton visage, ne peux voir que les yeux,
je voudrai, si je l'ose, avant de venir vieux,
de tes pommettes roses et ton menton gracieux,
redessiner les galbes pour les carresser mieux.
Allongés sur ta couche nous unirons nos mains
Sur la soie de tes courbes, le marbre de tes seins,
je ferai de ma paume, le plus doux des desseins.
Et si tu veux ma blonde lorsque le soir venu
au coin de l'âtre fauve, alors nous serons nus,
nous ferons de ce monde un hâvre de vertu.

 
At 5/10/06 15:08, Anonymous cactusjo said...

ainsi soie il aussi alors !
merci pour ces écrits : à souvent , je trépasse par là !

 
At 5/10/06 17:49, Blogger Holly Golightly said...

Je ne connaissais pas cette allégorie !

 
At 5/10/06 23:29, Anonymous mamounette said...

Je viens dire bonsoir. Merci de tes visites et tes commentaires si appréciés. A te lire, c'est toujours agréable. A bientôt

 
At 7/10/06 17:16, Anonymous Bruno said...

Dali et tes mots, là, je sublime !J'aime cette écriture un peu saccadée.
Superbe

Un Bon wk Marie

 
At 26/12/07 11:49, Anonymous Anonyme said...

j'aime beaucoup ton site Marie, j'aimerai posséder une aussi jolie plume.J'en profite pour vous suggérer à tous qui passez par ce site d'utiliser le moteur de recherche solidaire VEOSEARCH ou DOONA dont une partie des bénéfices(50%)générés par vos recherches sont reversés à des causes humanitaires.Surfons intelligent! Diffusez l'information si elle vous a séduite.Bonne fêtes de fin d'année dans le partage.Elisabeth

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!