mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

vendredi, septembre 15, 2006

Madame Irène

Lorsque la belle Irène ameute le quartier
En promenant Socrate, bichon ventripotent,
Ce n’est pas pour la frime, mais pour l’oxygéner,
Et les passants auront passé un bon moment.

Il en vaut bien la peine
Le toutou à Irène
Avec ses quatre pattes
Coincées dans des savates
Ses oreilles qui gagnent
Sur le passe-montagne
Sa queue emmitouflée
Dans un manchon doré
Je ne parlerai pas
De la couleur des bas
Qui montent jusqu’au tronc
Enrobé de crêpon.

Lorsque la belle Irène aère son bichon
Et que leurs flâneries agitent les quidams
Ce n’est pas que le chien qui draine l’attention
Ils remarquent surtout l’allure de la dame.

Affublée d’un manteau
De couleur menthe à l’eau
D’une crinière verte
Dont les boucles désertent
De chaussures à talons
D’un beau jaune citron
De collants à résille
Piquetés de brindilles
Sur la tête un bibi
D’un douteux vert de gris
Cachées dans des mitaines
Les mains de Mâme Irène.

Lorsque la belle Irène rallie son logement
Et que loin des regards elle serre son chien
Personne ne la voit pleurer en maugréant
“Tu es mon seul ami et je te le rends bien”.




Socrate bien au chaud !

Je l'aime beaucoup Madame Irène, elle me raconte parfois ses jeunes années et je l'écoute, attendrie et attentionnée.

Si vous la croisez, faites lui un gentil sourire, et vous passerez une bonne journée.

21 Comments:

At 15/9/06 06:39, Blogger Muse said...

coucou ma lève tôt!Je ne risque pas de la rencontrer ce matin par ici, même s'il fait un temps de chien...Belle élégie à la solitude.
Je vois ta passion pour la menthe à l'eau ressortir.Bonne journée à toi Marie...

 
At 15/9/06 07:14, Anonymous Miss Poivert said...

Elle a l'air sympa, ta madame Irène ! Et j'aime bien quand tu caresses la mélancolie, du bout des doigts, tellement doucement qu'on peut ne pas la voir.
Bonne journée, Mariel !

 
At 15/9/06 08:01, Blogger brigetoun said...

moi je trouve encore une fois qu'on devrait y mettre de la musique -et je me vois bien faire la conversation avec ce chien, emmitouflée face à lui

 
At 15/9/06 08:07, Anonymous Miss Poivert said...

J'imagine la scène... Dis Mariel, c'est peut-être ça, qu'il épiait, Bonaparte. Brigetoun en plein séance d'emmitouflage carabiné, ça vaudrait le détour !

 
At 15/9/06 08:27, Blogger micheline84 said...

superbe flash de la rue , au petit matin des solitudes ..des couleurs à cacher son coeur...
comme il arrive.
mais surtout pas de ciguë pour Sacrate!

 
At 15/9/06 09:24, Anonymous lumi said...

bises à madame Irène qui a du chien....

 
At 15/9/06 09:58, Anonymous Gérard said...

Le bichon d'Irène va être aussi populaire que les sabots d'Hélène.
Merci pour ton com très chaleureux Mariel.Pluie demain en Alsace..bichon coucouche panier.

 
At 15/9/06 10:03, Anonymous Bruno said...

Un coucou au passage entre deux textes , dossiers… mais je voulais m’arrêter en sérénité pour prendre une pause dans ta prose devant une tasse de thé en toute amitié.

 
At 15/9/06 19:47, Anonymous Dhimwoe said...

Vraiment beau. J'ai même eu l'impression d'avoir vu Socrates se promener tellement les mots lui donnent vie ici. Merci pour ton passage.

 
At 15/9/06 20:02, Blogger tanette said...

On dirait le jumeau du Socrate de Mme Socrate qui m'écrit quelques fois des commentaires (celui qui avait arraché une touffe de poils à ma Minette)... hi hi
Bonne soirée Mariel.

 
At 15/9/06 21:22, Anonymous cristina said...

Dur d'arriver chez toi aujourd'hui!
Elle est bien touchante Irène.

 
At 15/9/06 21:31, Blogger marie.l said...

il est vrai que depuis 10 h ce matin et jusque vers 20 h, Blogger m'a boudée... merci pour votre passage et la trace que vous avez laissée et aussi pour la patience que vous avez montrée (j'en ai eu besoin également)
-:)

 
At 15/9/06 22:33, Anonymous lesfillesde1975 said...

Socrat a trouvé la bonne planque!

 
At 15/9/06 22:45, Anonymous magali said...

elle a l'air rigolotte cette mamé, on en croise souvent des veilels dames comme ça, qui promènent leurs chiens "déguisés"..moi ça me fait gentiment sourire. Dommage qu'elle soit triste en rentrant chez elle cette dame...

 
At 15/9/06 23:22, Blogger Gaëna said...

Ouf! La fin de journée est enfin là...
Je passe te saluer, chère amie... Il est trop mimi, ce Socrate! Et tes mots toujours aussi entiers et touchants...
Bises, Marie...

 
At 16/9/06 02:26, Anonymous Sylvain said...

la solitude est une chose des plus cruelles, surtout avec l'âge!! une bonne raison pour se réconcilier avec les amis perdus de vue!

 
At 16/9/06 07:29, Anonymous Miss Poivert said...

Coucou Mariel !
Je voulais juste passer te faire coucou avant de prendre mon train.
Bon week-end, à lundi soir (mais je ne sais pas si j'aurai le courage de poster en rentrant) !
Bise !

 
At 16/9/06 10:39, Blogger Aux fruits de la Passion said...

Bravo, tout simplement bravo.

 
At 16/9/06 10:40, Anonymous Haddon said...

Ce texte est beau et touchant

 
At 17/9/06 23:26, Anonymous Myblogforyou said...

Il y a tellement de Madame Irène autour de nous qu'on ne voit pas vraiment...
Texte très émouvant ;-)

 
At 18/9/06 13:58, Blogger Holly Golightly said...

J'aime beaucoup cette madame Irène.
Sais-tu que j'ai 3 chiennes ? :-)

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!