mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

mercredi, mai 10, 2006

Lorsque le blues n’est pas que musique et que ses notes s’égrènent dans une brume arrimée aux parois du quai, viennent des vagues de mots en rouleaux, des vagues à l’âme, couleur ecchymose.

Il me faut alors l’écrire ... aujourd’hui déjà est un autre jour et je souris encore

Allez , journée morose au crépuscule aride,
Que les corbeaux qui planent achèvent le survol
De ce corps en narcose qu’aucun éphéméride
Ne proposera plus pour un nouvel envol.

Restez tapis ici au creux de mes cinq sens,
Souvenirs de ces nuits où de tes doigts agiles
Tu inscrivis l’amour au menu de l’absence
Et fis de nos desserts un amer vaudeville.

Flattez-vous d’être peu, moments sans importance,
Que vaut donc le hasard puisqu’il n’existe pas,
Seul le destin embrasse à étouffer la vie.

Comédie, faux-semblant, trahison, inconstance,
Tromperie allégée par l’espoir du trépas,
Allez, vérité meurs ! moi aussi je péris.

21 Comments:

At 10/5/06 09:13, Blogger brigetoun said...

merci d'annoncer avant le sonnet qu'aujourd'hui est un autre jour. J'espère que c'est vrai. Le blues fait de la belle musique, de jolis vers mais mieux vaut ne pas le subir

 
At 10/5/06 09:26, Blogger Holly Golightly said...

Je préfère encore le blues au cafard...
Le spleen a, lui aussi, ses charmes et ses désarrois.

 
At 10/5/06 10:31, Anonymous Miss Poivert said...

Le blues, quand il se dissipe, fait goûter plus intensément, respirer plus profondément... En ce qui me concerne (Poivert = cyclothymique).

 
At 10/5/06 10:36, Anonymous Gérard said...

Le nuage passe, le soleil va revenir
Mariel, regarde, il est déjà là.

 
At 10/5/06 11:52, Blogger Aux fruits de la Passion said...

Profitez de ce moment de blues pour écrire encore...
Ecrire, écrire et profitez de tous les instants...
MioModus

 
At 10/5/06 12:41, Anonymous magali said...

Ne jamais oublier que "demain est un autre jour" ...et que le soleil revient toujours quoi qu'il arrive

 
At 10/5/06 14:39, Anonymous double je said...

J’ai le blues...

Trop d’images dans la tête
Trop de mots
Trop de notes
Trop de soupirs
Trop de non-dits
Trop de questions
Sur mes choix
Sur mes engagements
Trop et pas assez...

Alors le temps du silence
Cette blue note
Qui fait lien
Entre avant
Maintenant…
Sur un air de blues

A demain avec du soleil plein la tête...bises

 
At 10/5/06 17:13, Blogger brigetoun said...

double je prends du lexomil, il y a des chances que ça s'améliore. D'où problème : et si on perd son talent ? Faux puisque Mariel en principe n'était plus "fiou" comme dit une amie tahitienne

 
At 10/5/06 21:01, Blogger marie.l said...

- Brig : l'écrire me soulage, il a fallu que j'évacue hier un épisode de la journée où je me suis sentie mal à l'aise et qui a fait remonter tant de souvenirs
- Holly le spleen est bien plus romantique je crois
- Miss Poivert : oui c'est comme lorsque le brouillard se lève, on voit différemment
- Gérard : il ne s'agissait que d'un léger stratus !
- MioModus : j'ai un recueil de poèmes que j'aime beaucoup et dont le titre est : seule la douleur est féconde -:)
- Magali : oui et tu dois en savoir quelque chose
- double je : merci pour tes mots, j'attends demain avec plaisir
- Brig : "fiou" ???? et aussi ma réponse à MioModus avec évidemment des exceptions... écrire pour moi relève de chaque émotion !

 
At 10/5/06 21:05, Anonymous uu said...

Blues, bleu... décidément... C'est le "mood" du moment.
Allé, haut les coeurs ! Tchiiin ! ;o)

 
At 10/5/06 21:32, Blogger marie.l said...

à votre santé UU... maudit blues hé hé, on en revient bien sûr !!!!

 
At 10/5/06 22:47, Blogger Muse said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 10/5/06 22:55, Blogger Muse said...

un petit coup de mistral pour chasser ce nuage? ;o)

 
At 10/5/06 23:45, Blogger brigetoun said...

voir votre poème du 5 janvier que je viens de lire, et l'appliquer

 
At 11/5/06 03:41, Anonymous wwwlavie... said...

>Souvenirs de ces nuits où de tes doigts agiles
>Tu inscrivais l’amour au menu de
l’absence
>Et fis de nos desserts un amer vaudeville.

Trois alexandrins seulement... Superbe dialectique... singulier condensé... (à l'instar des plans d'Orson Welles) ...à donner le vertige. Merci Mariel.

J'ai adoré aussi ce vers :

>Seul le destin embrasse à étouffer la vie.

Et veux rendre hommage à ce dernier :

>Allez, vérité meurs ! moi aussi je péris.

La seule 'vérité de ce monde' étant sa 'réalité même'... c'est bien un "meurs la vie !" qui est exigé là... rejoignant ainsi le cri lucide des anarchistes qui partaient au combat, contre toutes les tyrannies, au cri de : "Viva la muerte !"

Oui ! La vie est bien 'ce mouvement singulièrement pervers'...
>Comédie, faux-semblant, trahison, inconstance.
qui abolit toujours 'ce qui fût vrai et vivant... l'espace d'un instant'.

Tout est onde qui s'élève... et se meurt.

Rien n'est vraiment important en ce vaste univers.

Pas même "l'insoutenable légèreté de l'être".

 
At 12/5/06 11:47, Anonymous Myblogforyou said...

Le blues te fait écrire de bien belles lignes Marie, ....pour notre plaisir ;-)

 
At 13/5/06 09:24, Anonymous Olivier said...

Bonjour Marie,
merci de votre visite et de votre mot !! donc nous avons un point commun Elisanne !!! Adorable !!
J'écris sur votre note "blues" car votre sonnet me plaît et aussi pour vous proposer cette chanson de mon philosophe préféré Jean-Jacques Goldman
"Peur de rien blues"

"Y a des choses qu'on peut faire
Et puis celles qu'on doit pas
Y a tout c'qu'on doit taire
Tout c'qui ne se dit pas
Des vies qui nous attirent
De brûlures et de clous
Oui, mais ne pas les vivre
C'est encore pire que tout
De sagesse en dérive
De regrets en dégoûts
Y a qu'une guitare à la main
Qu'j'ai peur de rien

Quand les juges délibèrent
Si j'fais mal ou j'fais bien
Si j'suis vraiment sincère
Moi, j'sais même plus très bien
Quand les rumeurs "vipèrent"
Quand l'image déteint
Il m'reste ce vrai mystère
Et ça, ça m'appartient
Quand j'frôle la lumière
Qu'un instant je la tiens
Avec ma guitare à la main
J'ai peur de rien

Y a des choses qu'on pense
Qu'on voyait pas comme ça
Mais on garde le silence
Et on presse le pas
Des regards qu'on détourne
Des gestes qu'on fait pas
La conscience un peu sourde
Et pas très fier de soi
Quand la dose est trop lourde
Quand l'blues va un peu loin
J'prends ma guitare à la main
Et j'ai peur de rien"

Passez un excellent week-end !!
Bien à vous,
OLIVIER

 
At 27/5/06 13:12, Anonymous Anonyme said...

Interesting website with a lot of resources and detailed explanations.
»

 
At 27/5/06 13:18, Anonymous Anonyme said...

Nice idea with this site its better than most of the rubbish I come across.
»

 
At 27/5/06 18:43, Anonymous Anonyme said...

Hmm I love the idea behind this website, very unique.
»

 
At 27/5/06 18:51, Anonymous Anonyme said...

This site is one of the best I have ever seen, wish I had one like this.
»

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!