mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

dimanche, mai 21, 2006

Lettres d’amour et de science

Quoi de plus bouleversant qu’une lettre d’amour.
Et, lorsque l’amour et la science se conjuguent cela donne cette correspondance



Je reprends le livre de temps à autre, je le feuillette, le relis par saccades, et m’imagine une lettre manuscrite , celle où la calligraphie provoque l’ insurrection de l’âme , où le tracé rond, délié, aïgu, glapissant parfois, naît du frisson de l’instant, où les senteurs âcres de l’encre se confondent au toucher sensuel du papier , où le signe est signe de la main, où le trouble est émeute dessinée et l’émeute trouble conversé, où, où...

Un extrait de la 4ème de couverture :

Albert Einstein a rencontré Mileva Maric en 1897 à l’Ecole Polytechnique de Zurich où ils étudiaient tous les deux la physique. Leur correspondance s’étend de 1897 à 1903, peu après leur mariage.

Ces lettres révèlent un Einstein peu connu, optimiste, confiant et heureux, malgré les difficultés familiales et professionnelles qu’affronte le jeune couple. Mileva y montre une forte personnalité - “mon égal”, dit Albert qui admire sa maturité affective et intellectuelle.
Elle contribuera de façon essentielle aux succès scientifiques d’Einstein, avant que leur couple ne se défasse trop banalement.


et un extrait de cette correspondance , d’Albert à Mileva, daté du 30 août 1900

”Mon petit chat !
... Etudier est ma seule distraction. C’est ce que je fais avec un amour redoublé, et tu es mon seul espoir ma chérie, mon âme fidèle. Si je ne pouvais pas penser à toi, je n’aurais pas le coeur à vivre au milieu de toute cette triste humanité. Mais je suis fier de t’avoir à moi et ton amour me rend heureux.”


Que votre dimanche soit aussi doux que ces mots.

25 Comments:

At 21/5/06 09:25, Blogger brigetoun said...

je ne l'ai pas lu mais j adore les correspondances, et les conjugales sont spécialement belles. Dans vos pérégrinations bouquinistes voyez si vous trouvez chez 10/18 les lettres de Stefan Sweig et de sa femme. Mais vous les avez peut être

 
At 21/5/06 09:40, Blogger Muse said...

de belles lectures, tout en tendresse ce matin...bon dimanche à toi aussi

 
At 21/5/06 09:43, Anonymous double je said...

bon dimanche , aujourd'hui hélas pas de facteur pour apporter une lettre comme tu les aimes...bises

 
At 21/5/06 10:54, Blogger marie.l said...

- brig, moi aussi j'ai un grand faible pour les correspondances, j'ai d'ailleurs évoqué celle de Calamity Jane ici même et je revois souvent les lettres d'écrivains à leur mère, par contre je ne connais pas celle de Zweig, à suivre lors de ma prochaine escapade chez les bouquinistes ou en librairie...
- muse : il faut bien réchauffer la pièce !
- elisanne : le facteur sonnera bien au moins une fois si cela devait m'arriver et demain est un autre jour...

 
At 21/5/06 12:20, Blogger Audrey H. said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 21/5/06 12:20, Blogger Audrey H. said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 21/5/06 12:20, Blogger Audrey H. said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 21/5/06 12:20, Blogger Audrey H. said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 21/5/06 12:26, Blogger Audrey H. said...

Amour, amour, il faut voir. Je ne remets pas en cause la qualité littéraire de ces lettres que je n'ai point lues. Il l'a bien utilisée, aussi: ça, le grand public ne le sait pas.

J'avais lu dans "Science & Vie" que des notes manuscrites de Mileva se trouvaient en marge de ses écrits à lui sur la théorie de la relativité. Cela laisse planer le doute sur l'auteur réel (les auteurs?) de la dite théorie.

Et vers la fin, Albert fut un mufle au-delà de ce que l'on peut imaginer: il rédigeait même ses préconisations "de comportement" par écrit, du style "Vous m'apporterez mon repas à telle heure et vous ne me regarderez pas dans les yeux, mais vous baisserez le regard en vous adressant à moi", etc.

Comme pour Saint-Ex et sa rose, il y eut d'un côté la légende, et de l'autre l'homme privé, les deux s'opposant presque totalement. Désolée de casser votre admiration et votre enthousiasme.

Bon week-end, Mariel.

 
At 21/5/06 12:53, Blogger brigetoun said...

audrey se faire exploiter en le sachant c'est aussi une forme d'amour. Et avoir besoin de la personne qu'on exploite aussi. Question de génération : il n'y avait pas d'égalité socialement et nos mères s'accomplissaient à travers leurs maris, ça pouvait d'ailleurs les rendre fort ch.. casse pieds

 
At 21/5/06 13:02, Blogger marie.l said...

oui Audrey j'ai lu tout cela et merci de le rappeler...

Pour aller dans votre sens je reprends un extrait de l'avant-propos du livre :

"...Einstein aurait tout simplement oublié de signer avec Mileva le fameux article sur la relativité restreinte ; pour certains même, c'est elle qui a tout inventé. Le lecteur se fera par lui-même une idée sur cette question, puisque aussi bien les lettres ici publiées constituent la pièce essentielle du dossier... On est en droit de penser qu'Einstein ne sort pas grandi de l'affaire : il n'est pas étranger au fait que la vie de Mileva, qui avait si bien commencé, se soit terminée dans le désastre et le drame..."

mais aujourd'hui je n'avais envie de parler que de "la vie en rose". Cela m'arrive d'ailleurs bien souvent -:))) ce n'est pourtant pas pour autant que je ne suis pas lucide hé hé !!!

Voilà qui est complété. Bon week-end à vous aussi Audrey et merci encore pour la précision.

 
At 21/5/06 13:04, Blogger marie.l said...

Je trouve votre remarque fort judicieuse Brig, je n'ai pas pensé à ça, mais à vous lire, oui...

 
At 21/5/06 17:59, Blogger Audrey H. said...

Je connais cette attitude mentale et n'y suis pas complètement opposée, éducation à l'ancienne oblige. Néanmoins au-delà d'un certain stade, je trouve cette forme d'exploitation est absolument révoltante, sachez le!

 
At 21/5/06 19:44, Anonymous cristina said...

De jolis mots...plus souriants que le climat du week-end!

 
At 21/5/06 20:48, Blogger Beo said...

Moi ce que j'aime, c'est de nous rappeler que ces "génis" étaient humains.

De ressortir le positif en premier lieu est plus délicat à mon avis, que de chercher la petite bête.

Sinon: serais-je la seule à avoir eu du soleil en ce dimanche?

 
At 21/5/06 21:57, Blogger marie.l said...

cristina : je vois que votre soleil a été bien absent également
béo : tu as eu plus de chance que tout le monde je crois !

 
At 21/5/06 22:44, Blogger Beo said...

OUi... je sais ma chance!

 
At 21/5/06 23:01, Anonymous Lilith-K said...

"....ton amour me rend heureux.”

-Combien peuvent-ils le dire aujourd'hui et qui le pensent vraiment?!
-Certainement peu!

Merci Marie d'avoir partagé ce moment de douceur épistolaire...

 
At 22/5/06 00:13, Anonymous François said...

On image mal l'inventeur de la bombe atomique écrire des choses aussi touchantes.

 
At 22/5/06 06:46, Anonymous m. said...

Oui, c'est vrai, Francois, on imagine mal qu'il s'agisse de la meme personne.
Merci de m'avoir fait decouvrir, meme en laissant planer le doute, cette correspondance, Marie.l.

 
At 22/5/06 08:11, Blogger Audrey H. said...

> Beo:
*De ressortir le positif en premier lieu est plus délicat à mon avis, que de chercher la petite bête.*: non, non, je ne cherche pas la petite bête. Simplement j'ai assez facilement tendance à idéaliser, alors à chaque fois forcément je suis hyper déçue quand je découvre la partie moins reluisante de certains "grands hommes". Je ne demanderais qu'à croire! :)))

NB: sympa, la barbapapa! :)

 
At 22/5/06 19:14, Blogger Beo said...

Audrey Hepburn: je ne te visais pas personnellement, mais ça suivait mon idée d'idéaliser justement des grands hommes pour certains points qui n'en sont pas moins humains. :-D

Personne n'est parfait sur cette terre.

Merci: c'est Barballala ;-D

 
At 22/5/06 22:44, Blogger micheline84 said...

moi non plus je n'ai pas lu mais suivi ce débat avec attention j'ai envie d'écrire" A l'ombre des amours en fleurs" pour parodier.. et pour eviter la censure...
un petit salut à Audrey qui souligne que se faire exploiter en le sachant est une forme d'amour ...révoltante..gougeaterie d'une part ,manque absolu de dignité de l'autre. c'est vraiment le bas étage de l'amour!!

 
At 23/5/06 21:23, Blogger Siréneau said...

Tout est relatif; on met la moustache à la dame et le tour est joué tant ils sont mignons l'un et l'autre.
Bises Mariel.

 
At 31/5/06 16:05, Anonymous Miss Poivert said...

Mariel, tu as bien fait de rajouter le cryptogramme, avec tous les spams supprimés que je vois chez toi depuis toute à l'heure (sais-tu que tu peux supprimer aussi la mention qu'un com a été supprimé ? Je te montrerai si tu veux)...
Sinon, j'ai lu cette semaine une bande dessinée sur les relations de Calamity Jane et sa fille, centrée sur les lettres de Calamity.

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!