mon asile poetique

me présenter d'abord, parler de ceux et de ce que j'aime et partager mes textes avec ceux qui le veulent bien... et bien d'autres choses encore au gré de la fantaisie de chacun !

lundi, février 20, 2006

Leur dire

Ma vie professionnelle m'a amenée de temps en temps à assister des mineurs victimes de maltraitance grave ou de pédophilie, lors de procès d'assises. J'ai tenté de leur dire ce qu'aujourd'hui je leur écris :


Affirme-toi, tu es - ose le dire enfin,
Finie la comédie, flétris les quiproquos,
Ne te réfugies plus au fond de ces confins
Qui crèvent ta cervelle, accepte un statu-quo.

Ton singulier dédain de toutes vérités
N’est que la mélodie de tes chagrins d’enfant,
Affirme-toi tu es - je peux te l’assurer
Un garçon courageux, un homme maintenant.

Ne reste pas cloîtré dans tes folles folies
Face à l’océan vert qui barre ton élan
Sors de ta mosaïque, affirme-toi et dis
Ce que ton confesseur t’a fait impunément.

C’est lui le seul auteur, c’est lui le vrai pécheur,
Affirme-toi tu n’es pas le peccant maudit
Et face à ses jurés d’assises l’éducateur
Se rapetissera . Toi tu auras grandi...

14 Comments:

At 20/2/06 16:04, Anonymous marie-odile said...

bonjour Mariel!
Que dire........je trouve tellement ignoble de faire du mal à un enfant! victime de pédophilie, certains ne sont remettrons jamais.......avec le temps cela s'estompe mais au fond de leur coeur et de leur ame, l'infamie les poursuivra tout le temps........
Bonne semaine!

 
At 20/2/06 17:25, Blogger julie70 said...

Et ne laisse pas les autres te reprocher ce qu'on t'avait fait, dire "moi, je n'aurais pas laissé faire", n'est-ce pas?

Mais que dire dans pareils cas: même après longues années, ça fait mal d'entendre quelqu'un le dire ou l'écrire.

 
At 20/2/06 19:26, Anonymous NONO said...

Très beau témoignage Malou, la pédophilie est une atrocité..., un crime contre l'humanité...il faut parler... Des maux pour le dire même si ce sont ceux des autres...
J'en ai quelques uns du genre qui trâinent, nous en reparlerons...
bisoux
NONO

 
At 20/2/06 19:29, Anonymous mamounette said...

Oui, affirme-toi, sois toi même, chacun possède sa propre vie avec ses talents. Hélas la vie vous blesse parfois mais peu à peu la force surgit pour trouver ce qui est réellement important pour soi et les autres.
Bises

 
At 20/2/06 20:25, Blogger sborja1 said...

C'est bien pour ça que j'aimerais savoir ce qu'on fait dans ce pays pour les vraies victimes, les enfants, comme à Outreau, on n'en entend plus parler.Car les vraies victimes, c'est eux. Ce dont j'ai peur, c'est que les gens recommencent à cacher les actes pédophiles à cause de ce genre de bavures.J'ai connu une femme bousillée, vraiment, à cause de ce qu'elle avait subi dans l'enfance, et qui avait été nié par l'entourage (peur du scandale). Quand elle a eu enfin la force de parler, il était trop tard, les faits étaient prescrits.Lamentable.

 
At 20/2/06 21:05, Blogger Beo said...

Je viens de lire un témoignage, la dame dit que le pire après les sévices: c'est justement le déni de tout l'entourage.

Après je ne sais combien d'années: un jugement avait été rendu. Le simple fait de lire ce jugement lui avait enlevé un de ces poids à la pauvre dame!

Tu as dû passer par toute la gamme des émotions en peu de temps entre chacuns dans ce que ton métier t'as amené à vivre Marie L!

 
At 20/2/06 21:10, Blogger BENJ said...

Comment panser ces plaies terribles?... Un de mes petits neveux en a été victime... je ne sais si un jour il s'en remettra... Il avait 4 ans... Il en a neuf aujourd'hui.

 
At 21/2/06 01:37, Anonymous ether said...

Pédophilie, thème si vaste.

Plus on en parlera, plus les enfants pourront se défendre.

Merci Marie

 
At 21/2/06 08:13, Anonymous caro said...

Merci Marie pour votre commentaire laisse sur mon blog. Je viens de decouvrir votre blog, je reviendrai!

 
At 21/2/06 08:49, Anonymous nanou said...

même commentaire que nono !!

 
At 21/2/06 11:01, Blogger Francois et fier de l'Être said...

Même si c'est pénible à dire, il faut le faire. C'est le silence autant que l'act qui tue leur personnalité.

 
At 21/2/06 17:09, Anonymous aben said...

Encore qu'aujourd'hui certains finissent par le dire... Combien ont pu avoir à subir autrefois, d'un père ou d'un parent, ce que toute une famille pouvait trouver "normal".
Le droit était, chez ces gens là, en ce temps là, celui du père. Quand ça n'était pas aussi celui du grand père...
Ce "droit" avait un nom... Un nom de "propriètaire de ses propres enfants" Un nom dont certains étaient fiers.
Dénoncer est déjà un progrès.

 
At 21/2/06 17:32, Anonymous double je said...

oui dire, et écouter sans juger
je ferai une note dans ce sens...

(et puis une également sur les roses de la vallée)

bonne soirée

 
At 24/2/06 21:04, Blogger brigetoun said...

l'horreur, détruire (mais vous nous laissez espérer le contraire) l'être. dur métier que le vôtre

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

You are now marked on my visitor map!


Visitor Map
Create your own visitor map!